english version
AccueilAgenda CJCSéances

Motif

Les séances régulières du CJC cherchent à créer des moments d’échanges et de réflexion autour des pratiques et des modes de représentation du cinéma expérimental et différent. Cinéma éclectique de grande amplitude, du cinéma structurel au cinéma engagé, les problématiques esthétiques, philosophiques et poétiques, conflits formels et regards militants, politiques et nécessaires, sont l’enjeu de nos programmations. Ce que nous voulons montrer c’est bien cette diversité d’un cinéma sans cesse en recherche, et dans l’envie du monde. Du mono écran au cinéma élargi, de l’argentique au numérique, des monographies aux films de plus de 12 heures, des thématiques autour de motifs plastiques ou charnels, des territoires géographiques réels ou fantastiques, des cartes blanches aux nouveaux dépôts des membres de notre coopérative de diffusion. C’est bien cette profusion et les formes d’émergences au cœur des travaux des cinéastes, vidéastes et performeurs que nous avons hâte, plaisir et enthousiasme à proposer à un large public tout au long de l’année au cinéma la Clef.

Laurence Rebouillon

[LES SEANCES DU COLLECTIF JEUNE CINEMA]


DISTRUKTUR ❖ ÉTERNAU

le 29/05/2016 à 20h30

Melissa Dullius et Gustavo Jahn ont fondé Distruktur en 2006 après avoir quitté le Brésil et emménagé à Berlin. Ils avaient commencé à faire des films en 1999, d'abord en super 8, puis en 16 mm. Après avoir rejoint le collectif LaborBerlin en 2007, ils ont introduit des méthodes artisanales dans leurs productions. En plus de concevoir et de produire leurs films, ils y apparaissent en tant qu'acteurs et musiciens, et s’occupent d'une grande partie du travail en laboratoire et de post-production.

L'œuvre de Distruktur, interdisciplinaire, se compose de films, d'installations, de performances, de photographies, d'écritures et de graphismes. Elle franchit les divisions entre art et film, expérimental et narratif, photographie et image en mouvement.Elle a été présentée dans de nombreux festivals et centres d’arts (Berlinale, Turin, le Festival international de Moscou, Videobrasil, New Museum de New York, Paço das Artes de São Paulo, le Centre d'art contemporain de Vilnius…)

À l’occasion de cette soirée unique à l’Église Saint-Merri, le duo présentera 3 performances composées de projections 16mm, cinéma élargi, interventions sonores et concert de rock.

 

▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬PROGRAMME▬▬▬▬▬▬▬▬▬

 

ÉTERNAU ALTERSTEREO

2011 / projection double projecteur 16 mm / couleur / son numérique / 25min

Éternau, c’est d’abord un court-métrage, un phantasme tropical multicolore rendant hommage – non sans ironie – à quelques clichés du cinéma du XXe siècle, aux vedettes excentriques et à l'éxotisme. Le film reproduit et réinvente cette imagerie dans une perspective spatio-temporelle éloignée. La performance prend ce film comme point de depart, tout en se situant dans la pure tradition du cinéma élargi. Elle implique une double projection en 16 mm accompagnée d'un collage sonore. Juxtapositions, échos, deformations, tempête chaude sonore… Tous les rushs qui y sont utilisés ont été filmés en studio et dans différents lieux naturels du sud du Brésil, entre 2004 et 2006.

 

FILME DE PEDRA

Projet en cours depuis 2012 / 16 mm / n&b / son en live / durée variable

Cette performance traite de la dimension mythique des pierres. Filmées dans le style du cinéma muet, des images dépeignent deux personnages nomades qui traversent des champs et des villes, évoluant au travers de plusieurs couches de la civilisation. En contrepoint, des portraits de pierres provenant de différents endroits et recuillies pendant des années. Les fréquences visibles et audibles des pierres y sont reproduites et amplifiées, accompagnées de musique, de parole et de sons réalisés en direct.

 

NAVEGAÇÃO

Projet en cours depuis 2013 / projection double projecteur 16 mm / couleur / son en live / durée variable

Navegação (Navigation) consiste en un concert de rock accompagné d’une cascade d'images. L'écran reste d’abord noir, puis des images. Filmés, développés à la main et tirés par Distruktur au LaborBerlin, des essais, des films de voyage, des animations et divers fragments montés en sequence. On y croisera différents aspects de la recherche expérimentale dans le champ du cinéma photochimique, un navire qui navigue sur une mer de formes, de couleurs et de textures – un corps en mouvement.

 

▬▬▬▬▬▬▬▬▬INFOS PRATIQUES▬▬▬▬▬▬▬

 

☞  ÉGLISE SAINT-MERRY

78 rue de la Verrerie

75004 PARIS

Date : 29/05/2016

Lieu : Église Saint-Merry - 78 rue de la Verrerie 75004 PARIS


DANIEL POMMEREULLE ❖ One More Time / Vite

le 12/05/2016 à 20h00

Disparu en décembre 2003, Daniel Pommereulle, sculpteur, peintre, poète, comédien et cinéaste, laisse une oeuvre diverse, complexe et surtout singulière et prémonitoire. Il fut associé aux « Objecteurs » selon la formule d'Alain Jouffroy. Malgré quelques grandes expositions, son oeuvre, sans aucun doute l'une des plus importantes de la seconde moitié du XXème siècle en France, reste secrète et méconnue. Dans les années 1980 à 1990, il travaille à l'agencement du verre, de la pierre et de l'acier, jouant sur la transparence, et devient surtout connu pour ses sculptures faites d’objects coupants et tranchants. Comme comédien, il a débuté dans La Collectionneuse d'Éric Rohmer en 1967 et joué dans une dizaine de films, dont La mariée était en noir de François Truffaut, Week-end de Jean-Luc Godard et Les Idoles de Marc'O. En 1972, il tourne dans La Cicatrice intérieure de Philippe Garrel, un cinéaste qu'il retrouvera vingt-sept ans plus tard pour Le Vent de la nuit, un constat amer sur l’engagement politique. 

Son œuvre cinématographique reste la moins connue de sa production. Cette soirée sera l’occasion de combler ce manque avec la projection de One More Time et de Vite, deux films rares réalisés à la fin des années soixante et ayant récemment fait l’objet de numérisation de qualité. Ce sera aussi l’occasion de marquer la récente entrée au catalogue du Collectif Jeune Cinéma de plusieurs productions Zanzibar (des films de Jackie Raynal, Patrick Deval, Serge Bard, Frédéric Pardo). 

▬▬▬▬▬▬▬▬PROGRAMME▬▬▬▬▬▬

►Introduction par Jackie Raynal (cinéaste) et Pablo Durán (écrivain)

►L’ABOLITION DE L’ART de Alain Jouffroy (France, 1968, 14’, 16mm sur fichier numérique)
« Nom : Jouffroy Prénoms : Alain Jean Marc Né le : 11 septembre 1928 à : Paris XIVème Nationalité : française Adresse : illégale Taille : 1.80 m Signe particulier : néant Signe général : depuis l’âge de 18 ans, espère un changement total du monde…. (…) » Alain Jouffroy, L’abolition de l’art

Réalisé en 1968, cet unique film de l’écrivain, artiste, poète et critique d’art Alain Jouffroy préfigure la radicalité de mai. L’abolition de l’art constitue une attaque en règle contre le culte de l’art et sa spécialisation, les figures du pouvoir et de la patrie. Alain Jouffroy a dirigé la revue XXe siècle, fondé Opus, la revue d’art internationale publiée par Georges Fall et publié de nombreux textes et livres sur l’avant-garde. Il fut un proche et fervent défenseur de Daniel Pommereulle.

► ONE MORE TIME (France, 1967, 8’, 35mm sur fichier numérique)
Une jeune femme a décidé de faire de sa mort un spectacle qu’elle va contempler pendant toute la durée du film. Nous assisterons à la longue et progressive descente d’une machine à suicide qui doit peut-être finir par lui transpercer la gorge.

► VITE (France, 1969, 33’, 35mm sur fichier numérique)
Financé par Sylvina Boissonnas, VITE fut le film le plus coûteux des productions Zanzibar. Trois ans avant, dans la Collectionneuse d’Eric Rohmer, Pommereulle et son ami Adrien philosophait autour de la question du Vide. C’est comme ci l’artiste avait ici transformé ce VIDE en VITE, marquant une profonde déception par rapport aux événements de Mai 1968, lançant une attaque au vitriol contre le monde occidental et déclarant une guerre à la lenteur. Le film est constitué de plans qui mettent en scène l’auteur accompagné d’un jeune garçon dans un paysage désertique du Maroc, ainsi que de plans de l’espace filmés depuis un télescope Questar. 



▬▬▬▬▬▬INFOS PRATIQUES▬▬▬▬▬▬


☞ CINÉMA LA CLEF
34 rue Daubenton Paris 5e
Métro Censier Daubenton ligne 7

☞ TARIF UNIQUE : 6,5 euros

Cinéma la clef

Date : 12/05/2016

Lieu : Cinéma la Clef (34 rue Daubenton Paris 5e)

Ressources audiovisuelles


Catalogue