english version
login : mot de passe : mot de passe oublié

Ressources audiovisuelles
Festival 2007

Il n'y a pas de ressources audiovisuelles pour cette édition

[9e Festival des Cinémas Différents de Paris]

du 04/12/2007 au 09/12/2007

EDITO

La 9ème édition du Festival des Cinémas Différents de Paris investira pendant une semaine deux nouveaux lieux : le cinéma l’Archipel et le lieu Mains d’œuvres, plus spécialement dédié au cinéma élargi et aux installations. Manifestation internationale, sans compétition, cette nouvelle édition présentera des œuvres inédites, récentes, de court et de long métrages, typiques ou trans-genres, qui interrogent plus précisément cette année, le Cinématographique. La boîte noire, la toile blanche, l’écran, plutôt que les rapports pluridisciplinaires qu’entretient l’image en mouvement avec le cinéma, l’art vidéo, les arts plastiques, les scènes et plateaux des arts vivants et le multimédia.

Parce que nous ne saurions renoncer à la figure humaine, une thématique générale autour du portrait, s’inscrira en fil rouge, tout au long du festival avec quatre séances spécifiques : Paysages état d’âme, Riot Girls, Incarnations et Corps animés, et une séance à la marge du documentaire, présentée par Philippe Cote : Filmer l’autre, regarder le monde.

Une attention particulière sera portée à des artistes qui ont su à leur manière tracer leur chemin, ouvrir des voies. Les canadiens, Richard Kerr, le maître à notre sens du found footage, pratique récurrente du cinéma expérimental mais parfois oublieux de son Histoire, et le dernier volet de la trilogie élégiaque de Solomon Nagler, membre prolifique de notre Collectif Jeune Cinéma. Les cinéastes Frédérique Devaux et Moira Tierney, liées toutes deux à la pellicule, au médium même, du photogramme comme motif graphique pour l’une et la captation de l’instant, l’impression spontanée de la lumière et des visages, pour l’autre. Les scandinaves, Marcus Nordgren cinéaste plasticien et ses complices du cinéma d’animation suédois, développant un travail singulier à la frontière de l’animation expérimentale et de la fiction et la jeune finnoise Oliwia Tonteri, remarquée cet été aux Etats Généraux du film documentaire de Lussas.

Une table ronde autour de la Conservation et la Restauration du cinéma expérimental parce que la bataille est toujours à mener afin de nous faire entendre, énoncer nos spécificités et nos besoins à l’heure où de grands chantiers de numérisation semblent se mettre en place pour les années à venir en Europe.

Afin de poursuivre le travail auprès du jeune public, une séance dédiée aux tous petits, pour éveiller le plus tôt possible les nouvelles générations à une autre approche de l’image et du son.

Une soirée de clôture hybride et festive avec les propositions plastiques et sonores de Yoana Urruzola & Stefano Canapa, et un set énergique du groupe FATALE.

Enfin, co-diriger un festival et organiser sa programmation avec différents membres d’un collectif de cinéastes, c’est participer à un mouvement créatif : agencer les films, les séances, ménager des temps de rencontres, c’est pour ainsi dire faire du montage à grande échelle et à plusieurs mains. C’est engager la réflexion entre actants, casser les goûts et les couleurs et éprouver sa propre conception d’un cinéma expérimental et différent pour donner à voir et à entendre des propositions non pas consensuelles, mais personnelles, enthousiastes, minoritaires, engagés et cruciales. C’est avant tout croire au désir et à la nécessité de l’autre.

Angelica Cuevas Portilla et Laurence Rebouillon

    Les programmations