english version
 

Emmanuelle Sarrouy

Emmanuelle Sarrouy / artiste hybride, auteur, poète, vidéaste

Née en 1968 à Lausanne, Suisse, Emmanuelle Sarrouy vit et travaille à Marseille

Elle passe son enfance au bord de la Manche à Dieppe, en Normandie. Après une année à l’École des Cadres à Paris, arrivée en Provence en 1988, entre Marseille, Aix, Cassis et Lourmarin, elle suit des études d'anglais et de cinéma, et soutient une Maîtrise d’Études Cinématographiques sur le film gore des années 80 avec Nicole Brenez en 1993. Elle est d’abord traductrice de scénarii de dessins animés, régisseuse de cinéma, puis directrice de casting, ainsi que programmatrice de courts-métrages expérimentaux au Festival Tous Courts d’Aix-en-Provence jusqu’en 2012.


Artiste multimédia, poète, vidéaste, adepte du métissage de toutes sortes, elle pratique l'hybridation des formes et le mélange des genres. Flirte depuis toujours avec le journal intime, l'archivage, la récupération, le recyclage, la compilation, les petites formes, les instants suspendus, la poésie du quotidien. Elle travaille régulièrement sur le portrait et l'hybridation entre l'homme et l'animal, qu'elle nomme “Humanimalité“, l'homme et la nature, qu'elle nomme “Humanaturalité“.

Emmanuelle publie de nombreux articles sur le cinéma et le cinéma expérimental (notamment dans Admiranda, Repérages, Simulacres, Exploding, Les Inrockuptibles, La Marseillaise), et est correspondante pour Le Technicien du Film de 2002 à 2004. En 2003, elle co-écrit un ouvrage sur les séries télévisées, « Nos Séries cultes ». En 2005, elle participe à l’écriture du livre sur le film collectif « Paris, je t’aime », et collabore en 2010 au livret (« Météorologie de la disparition » + interview) du DVD – Sylt, le pays où la terre recule de Samuel Bester. Elle écrit régulièrement dans plusieurs revues poétiques (La Revue des Archers, Rrose Sélavy), et son livre « Séisme(s) », long poème du tremblement sur Haïti et l’aventure de l’adoption, est régulièrement présenté en lecture musicale.

Elle réalise depuis 2000 des vidéos, installations et performances qui sont montrées dans de nombreuses manifestations internationales dont les festivals Cinémas Différents (Paris), Vidéoformes (Clermont-Fd), Instants Vidéo Numériques et Poétiques (Marseille), Images Contre Nature (Marseille), Hambourg (Allemagne), Printemps des Poètes (Paris), Videopoésia (Buenos Aires), Zebra Poetryfilm (Berlin), Festival du Film d’Aubagne, Cinémathèque Française (Paris), Galerie La Traverse/Grains de lumière (Marseille), SAFFIR Galerie Nomade (Marseille), Hydrib (Marseille)… Membre du Collectif Jeune Cinéma et de la S.A.C.D. elle fonde en 2007, en collaboration avec Jean-Paul Noguès, la société de production de films « endogene », puis le {collectif} endogene.

En parallèle de sa pratique quotidienne du “haïku désaccordé“, elle travaille sur plusieurs projets d'écriture, et poursuit l’hybridation en collaborant de plus en plus régulièrement avec des artistes (Alfons Alt, Alexandra Montsaingeon), vidéastes (Carole Contant, Maxine Zapedzky, Jean-Paul Noguès), musiciens (Frédéric Salles, Sakamoto Hiromichi, Sofiane Saïdi/NAAB, Mazen Kerbaj), danseurs (Émilie Garetier, Yendi Nammour), auteurs (Jonas Jolivert, Wilfried Salomé)…


Elle prépare aujourd’hui une lecture/performance/installation : « ils iront la nuit / marcher sur les toits… et grignoter le ciel », dialogue amoureux du nouveau siècle écrit à quatre mains et joué à deux voix ; ainsi qu’une installation multimédia sur la quête de l’enfance : « PERSIKOV (… le chemin des fleurs) », une généalogie fantasmée entre les images de cinéma, les pages de la littérature, la culture noire d’où viennent ses enfants et à laquelle elle est éternellement liée.


Mention Coup de Coeur au Festival Po-M “l’Écran des poètes“, Printemps des Poètes, Paris, 14-16 mars 2003 – pour son film « Bad Dream Nevermore »

Prix du meilleur film représentant la (V)idéologie de l’auteur au Festival Videology, Volgograd, Russie, 12 novembre 2004 – pour son film « C'est de l'homme qu'il s'agit ! »

Prix de la Pertinence du propos au Festival du Film de Famille, Bordeaux, France - avril 2002 – pour ses cartes postales vidéo « DV Life 2001 » (co-réalisées avec Jean-Paul Noguès)





Contact :
Collectif {endogene} : http://www.endogene.fr
Membre du Collectif Jeune Cinéma : http://www.cjcinema.org/
La Vidéothèque : http://lavideothequ5.wixsite.com/la-videotheque/emmanuelle-sarrouy
Films visibles sur Vimeo : https://vimeo.com/emmanuellesarrouy
Membre du Scriptorium : http://www.scriptorium-marseille.fr/
Opening book – Photo 005 : https://opening-book.com/



Emmanuelle Sarrouy / hybrid artist, author, poet, videographer

Born in Lausanne, Switzerland, 1968. Lives and works in Marseilles, France.

She has spent her childhood by the English Channel, in Dieppe, Normandy. She arrived in Provence in 1988, and has lived between Marseilles, Aix-en-Provence, Cassis and Lourmarin. She studied english, italian, spanish and, in 1993, passed a Master in cinema and audio-visual techniques on Gore Movie under the supervision of Nicole Brenez. First, script translator for animation movies, then location manager for cinema, she has been casting director since 1996.
 Curator for the Aix-en-Provence Festival Tous Courts from 1995 to 2012, she has been in charge of the “Aixperimental“ program - a program of experimental films and videos- from 2001 to 2012, in collaboration with Jean-Paul Noguès.

Multimedia artist, poet, experimental videographer, great fan of cultural mix of all kinds, she works on hybridization of forms and genres. She has always been flirting with the diary form, compilating, collecting, archiving, recycling, small forms, suspended moments, the poetry of everyday life. She regularly works on portrait-painting and hybridization between man and animal, she calls it “Humanimality“ ; between man and nature, she calls it “Humanaturality“.

Writing has always been her first passion. She wrote theoretical articles about cinema and experimental cinéma (especially in Admiranda, Reperages, Simulacres, Exploding, Les Inrockuptibles, La Marseillaise), and from 2002 to 2004, she is correspondent for Le Technicien du Film. In 2003, she is co-author of a book about TV series « Nos Séries cultes » (Tana editions). In 2005, she is co-author of the film’s book « Paris, je t’aime » (Hachette editions) ; and in 2010, she contributes to the Samuel Bester Sylt, le pays où la terre recule dvd booklet (« Météorologie de la disparition » + interview). She writes regularly in poetry magazines (La Revue des Archers, Rrose Sélavy) and her testimony-book « Séisme(s) », a long earthquake and tremor poem, about Haïti and adoption adventure, is often presented as a musical performance.

Since 2000, her video poems, installations and performances have been invited in many festivals : Cinémas Différents (Paris), Vidéoformes (Clermont-Fd), Instants Vidéo Numériques et Poétiques (Marseilles), Images Contre Nature (Marseilles), Hambourg (Allemagne), Printemps des Poètes (Paris), Videopoesia (Buenos Aires), Zebra Poetryfilm (Berlin), Festival du Film d’Aubagne, Cinémathèque Française (Paris), Galerie La Traverse/Grains de lumière (Marseille), SAFFIR Galerie Nomade (Marseille), Hydrib (Marseille)… Member of the Collectif Jeune Cinéma and S.A.C.D. she creates in 2007, in collaboration with Jean-Paul Noguès, the production society « endogene », then the {collectif} endogene.

In addition to her daily practise of writing “out of tune haïku“, she works on various writing projects, and continues the hybridization, collaborating more and more regularly with artists (Alfons Alt, Alexandra Montsaingeon), videographers (Carole Contant, Maxine Zapedzky, Jean-Paul Noguès), musicians (Frédéric Salles, Sakamoto Hiromichi, Sofiane Saïdi/NAAB, Mazen Kerbaj), dancers (Émilie Garetier, Yendi Nammour), authors (Jonas Jolivert, Wilfried Salomé)…

She currently prepares a reading/performance/installation : « ils iront la nuit / marcher sur les toits… et grignoter le ciel », a new century dialogue between two lovers, a four-handed writing played for two voices ; and a multimedia installation on childhood quest : « PERSIKOV (… le chemin des fleurs) », a fantasized genealogy between movie images, litterary pages, Black Culture from where her children are coming and with which she is eternally linked.


“Coup de Cœur“/“Favourite“ mention in the Festival Po-M “l’Écran des poètes“, Printemps des Poètes, Paris, march 14-16, 2003 – for her film « Bad Dream Nevermore »

Best film showing the author (V)ildeology in the Videology Festival, Volgograd, Russie, november 12, 2004 – for her film « C'est de l'homme qu'il s'agit ! »

Price about Relevance in de Family Film Festival, Bordeaux, France, april 2002 – for her video post cards « DVLife 2001 » (co-directed with Jean-Paul Noguès)



Contact :
Collectif {endogene} : http://www.endogene.fr
Member of the Collectif Jeune Cinéma : http://www.cjcinema.org/
La Vidéothèque : http://lavideothequ5.wixsite.com/la-videotheque/emmanuelle-sarrouy
Films visibles sur Vimeo : https://vimeo.com/emmanuellesarrouy
Membre du Scriptorium : http://www.scriptorium-marseille.fr/
Opening book – Photo 005 : https://opening-book.com/

Année de naissance : 1968

Nationalité : France

Filmographie

Titre Image Chromie Son Durée Année Ref CJC
Baby Dolls 1: Le Temps du Gouter mini DV Couleur Sonore 00:05:28 2001 01-044
C’est de l’homme qu’il s’agit mini DV Couleur Sonore 00:06:00 2004 04-024
La Tête qui tourne mini DV Couleur Sonore 00:05:30 2002 02-050
Le Sourire du chameau mini DV Couleur Sonore 00:04:30 2004 04-025
Fin de siècle mini DV N&B Sonore 00:09:00 2002 02-051
Bad Dream Nevermore - on line mini DV Coul./N&B Sonore 00:02:00 2002 02-052
Le Rituel mini DV Couleur Sonore 00:08:30 2005 05-061
Ma Mère! DVD Couleur Sonore 00:03:30 2005 05-062
Prototype... mini DV Coul./N&B Sonore 00:48:00 2006 06-038