english version

Ressources audiovisuelles
Festival

- COMMODITY TRADING : ELECTION DAY de M. Woods par Michael Woods

Ma fille Virgil guide notre famille à travers un enfer personnel et politique dans les jungles de Los Angeles. Ceci est une vidéo faite depuis la perspective minoritaire du privilège blanc. Ceci est une vidéo sur la suprématie blanche ; une vidéo conçue comme une arme contre l’homme raciste, malicieux et narcissique, qui s’affiche en tant que chef d’Etat et en qui nous voyons s’opérer l’échange et la chute symbolique de la suspension médiatique de l’ère post-spectacle…
Visionner le film
Catégorie : Films annonces


- Gradiva Esquisse I par Raymonde Carasco

16mm, 1978, France, 25'
À partir du thème de la nouvelle de W. Jensen, Gradiva, Raymonde Carasco parvient à transformer des images presque réalistes en un ballet abstrait du pas de Gradiva qui ne cesse de se poser au ralenti sur un bas-relief.
voir un extrait
Catégorie : Films annonces


- La Parole en Deux (extrait) par Patrice Enard

La mise en scène de la parole à l'écran est le sujet du film. Seul le premier plan est synchrone. Tout ce qui suit est une exploration systématique de la production d'un discours à l'écran. Pour unifier cela et pointer les questions de la prise de parole, il fallait un message politique fort, militant. L'un des deux groupes maoïstes de Bordeaux, celui des théoriciens non rattachés au Parti Communiste, se prête avec talent à cet exercice de style.
extrait du film
Catégorie : Films annonces


- LES DERNIERS HOMMES (bande-annonce) par Quentin Brière Bordier

« Un vent violent génère les images. L’espace est hermétiquement clos. Corps muets devant le miroir. Chez le coiffeur, de petits gestes répétés tel un rituel avant une entrée en scène. Dans un présent fragile et indéterminé, les traces d’un monde passé se heurtent avec les visages marqués. La tempête se calme. Une lente léthargie engloutit la vie quotidienne : des gens mangent, chantent, jouent, se promènent dans l’espace dessiné ; vies freinées plongeant peu à peu dans l’aphonie du monde ordinaire, corps se balançant à l’orée du sommeil.
Puis, les hommes, un jour, se réveillent et traversent l’extérieur. Armés de gestes sages et de précieuses postures, ils assistent, souriant, à la gêne d’un monde catastrophé. L’événement a déjà eu lieu. Les derniers hommes se tiennent droits comme des arbres, éternels survivants, uniques témoins de la catastrophe de l’absence du monde dans le monde. De cette absence, constante et immuable, ces derniers hommes sauvent les images. »
Nikki Giannari – Ecrivaine grecque, voix off du film.

“Les derniers hommes” a été tourné de 2009 à 2010, à l’hôpital psychiatrique d’Evreux (CHS de Navarre), à l’aube de sa démolition. Les premiers pas du film ont été initié dans le cadre du projet “Plan K” mené par la Cie Méga Pobec. La réalisation du film a bénéficié de la complicité et de la confiance des patients et du personnel de l’hôpital.
LES DERNIERS HOMMES, Quentin Brière-Bordier (excerpt)
Catégorie : Films annonces


- COMO CRECE LA SOMBRA CUANDO EL SOL DECLINA (TEASER) par Camilo Restrepo

16mm, color and b&w, sound, France - Colombia, 2014, 11'

Medellin. Circulation infatigable des voitures. En marge d’une société lancée à pleine vitesse, certains guettent l’arrêt des moteurs pour gagner leur vie : jongleurs de carrefours, employés de casse, dont le travail précis et répétitif marque l’écoulement d’un temps toujours recommencé.
COMO CRECE LA SOMBRA CUANDO EL SOL DECLINA, Camilo Restrepo (TEASER)
Catégorie : Films annonces


- A FILM (extrait) par Franziska Kabisch



found footage, 2012, Allemagne, 3'30

A quoi ressemble une maison ? Comment dépeint-on une ville ? Ou un pays ? Quelle est l’image de la France ? Et que suis-je ? Un être humain ? Une femme ? Une sœur ? Une étudiante ? Une artiste ? Un suspect ? "A FILM" est un film sur les noms, les termes et les problèmes qu’ils apportent.


- filmkunstfest Mecklenburg-Vorpommern, Schwerin, April 30 - May 5, 2013
- 20 min|max Kurzfilmfestival Ingolstadt, May 11 - 17, 2013
- backup Kurfilmfestival Weimar, May 22 - 26, 2013
- Int. Short Film Festival Hamburg, June 4 - 10, 2013
- OFF Odense Internationale Film Festival, August 26 - 31, 2013

A FILM, Franziska KABISCH (extrait)
Catégorie : Films annonces


- VALSE DE LA SYNTAXE CINÉTIQUE (extrait) par Kunihiko Nakagawa



16mm, 1980, Japon, 55'

C’est d’abord une voix : regardez-moi dans les yeux. Elle s’adresse à une fille douce, sage, gentille, donc japonaise. Elle lui parle du rôle, du personnage, de l’amour qu’elle va étudier dans son interprétation ; interprétation dont les caractéristiques les plus importantes sont la distance et la passivité. C’est lui, l’Homme-Jasmin que Unica Zürn, poète surréaliste, a une fois nommé dans son livre où elle raconte l’histoire de sa maladie mentale : schizophrénie. Plus l’actrice devient schizophrène, plus progresse la diégèse du film qu’elle interprète, et plus progresse celle-ci, plus celle-là devient schizophrène. Tout va bien. De ce fait le langage cinématographique est déchiré dans la mesure où la diégèse du film progresse. En restant au milieu du film, la fille sage a réussi à se sauver de son destin : de la mort ou de la fixité idéologique, peut-être.

VALSE DE LA SYNTAXE CINÉTIQUE (extrait)
Catégorie : Films annonces


- GRADIVA ESQUISSE (extrait) par Raymonde Carasco

À partir du thème de la nouvelle de W. Jensen, Gradiva, Raymonde Carasco parvient à transformer des images presque réalistes en un ballet abstrait du pas de Gradiva qui ne cesse de se poser au ralenti sur un bas-relief.
GRADIVA ESQUISSE (extract), Raymonde Carasco
Catégorie : Films annonces


- Between Images III (Laura and the Black Crystal Suns) par Helene Garberg

Un enregistrement vidéo d'une galerie de cavernes en négatif; un environnement blanc et lumineux où les sources de lumières deviennent des concentrations d'obscurité. La narration apparait par sous titres. Cette vidéo est une exploration de l'image comme objet vis-à-vis de l'image comme espace imaginaire et virtuel.
Catégorie : Films annonces


[Exposition : Dévorer des yeux]

le 07/12/2010 à 20h00

Lieu : Les Voûtes

Du mardi 7 décembre au samedi 11 décembre

DÉVORER DES YEUX
Mara Mattuschka, Lionel Péneau, Marc Plas, Collectif Schmelzdahin, Julien Prévieux et Virginie Yassef
Une proposition de Julie Dalouche et Marie Sochor
En partenariat avec The Film Gallery (Paris)

Les œuvres présentées dans cette exposition rassemblent différentes espèces de dévoreurs. Qu’elles broient, attaquent ou consomment avec avidité un tronc d’arbre, des bobines de films de famille, un sitcom, des aliments ou du texte, les machines et mâchoires broyeuses interrogent la notion de décomposition par l’acte de dévoration.

KUGELKOPF, Mara Mattuschka, 1985, 16mm, 6’
"L'aspect marquant dans Kugelkopf est la violence et la ténacité avec lesquelles la tête produit ses textes. Après s'être affranchies de l'enveloppe protectrice et dérangeante qu'est la chevelure, des lettres saignent des blessures. Le seul support d'impression est l'imposant pansement fait de bandelettes de gaze. Ne sachant ni où ni quoi sera imprimé, les lettres sont posées à l'aveuglette sur une vitre. L'ordonnancement des lettres se fait au hasard d'un mouvement mécanique, se fondant dans une surface sombre et indéfinissable." (Heike Klippel)

MIAMMIAM, Lionel Péneau, 2003, Vidéo, 14’45’’
Le personnage attablé commence à porter à sa bouche, l’un après l’autre, les aliments contenus dans son assiette. Au lieu de les avaler, il modèle les aliments mâchés tels qu'ils étaient initialement. C'est avec une détermination presque autiste que tous les aliments vont ainsi être déconstruits.

PICTORIAL TROPHIES, Marc Plas, 2007, Installation vidéo, 7’
L’écran de projection : les photophores d’un tube cathodique désossé.
L’image : un plan de sitcom qui balbutie.
Les trophées de la chasse aux accidents électroniques.

ROLF 2, Collectif Schmelzdahin, 1987, Installation
Le spectateur est tenté de s’approcher des projecteurs pour voir un film de famille sur le mur, ce qui déclenche un mécanisme détruisant la pellicule dans un mixeur. Pour l’arrêter, le spectateur doit s’en éloigner.

L’ARBRE, Julien Prévieux et Virginie Yassef (Caméra : Aurélie Godard) 2008, Film Super 8 transféré sur DVD, 7’
L’arbre est un film tourné en Super 8. Deux personnages rongent un tronc d’arbre dans les bois. L’un après l’autre, ils se passent le tronc puis dans une sorte d’impatience s’attaquent tous deux au tronc en même temps. La qualité du film et le déroulement de cette action forment un étrange objet « primitif ».


Inaugurée en septembre 2005 à Paris, la Film Gallery a été créée par les éditions Re:Voir. Première galerie d’art exclusivement dédiée au cinéma expérimental, la Film Gallery souhaite mettre en avant des artistes se situant à la frontière du cinéma et des Arts Plastiques. Les artistes présentés travaillent pour la plupart le médium cinéma en tissant des liens avec d’autres champs, tels que les Arts Plastiques, la poésie et certains d’entre eux ont participé à des mouvements artistiques pluridisciplinaires tels que Dada, le lettrisme, Fluxus, etc.

Artistes présentés :
Stephen Dwoskin, FLUXUS, Takahiko Iimura, Peter Kubelka, Christian Lebrat, Jonas Mekas, Jeff Perkins, Jeff Scher, Paul Sharits, Silvi Simon.

La Film Gallery met à disposition de musées et de galeries des appareils de projection afin de soutenir et de promouvoir la visibilité des œuvres cinématographiques en pellicule.

Thématique(s) : Installation