english version

Ressources audiovisuelles
Festival

- COMMODITY TRADING : ELECTION DAY de M. Woods par Michael Woods

Ma fille Virgil guide notre famille à travers un enfer personnel et politique dans les jungles de Los Angeles. Ceci est une vidéo faite depuis la perspective minoritaire du privilège blanc. Ceci est une vidéo sur la suprématie blanche ; une vidéo conçue comme une arme contre l’homme raciste, malicieux et narcissique, qui s’affiche en tant que chef d’Etat et en qui nous voyons s’opérer l’échange et la chute symbolique de la suspension médiatique de l’ère post-spectacle…
Visionner le film
Catégorie : Films annonces


- Gradiva Esquisse I par Raymonde Carasco

16mm, 1978, France, 25'
À partir du thème de la nouvelle de W. Jensen, Gradiva, Raymonde Carasco parvient à transformer des images presque réalistes en un ballet abstrait du pas de Gradiva qui ne cesse de se poser au ralenti sur un bas-relief.
voir un extrait
Catégorie : Films annonces


- La Parole en Deux (extrait) par Patrice Enard

La mise en scène de la parole à l'écran est le sujet du film. Seul le premier plan est synchrone. Tout ce qui suit est une exploration systématique de la production d'un discours à l'écran. Pour unifier cela et pointer les questions de la prise de parole, il fallait un message politique fort, militant. L'un des deux groupes maoïstes de Bordeaux, celui des théoriciens non rattachés au Parti Communiste, se prête avec talent à cet exercice de style.
extrait du film
Catégorie : Films annonces


- LES DERNIERS HOMMES (bande-annonce) par Quentin Brière Bordier

« Un vent violent génère les images. L’espace est hermétiquement clos. Corps muets devant le miroir. Chez le coiffeur, de petits gestes répétés tel un rituel avant une entrée en scène. Dans un présent fragile et indéterminé, les traces d’un monde passé se heurtent avec les visages marqués. La tempête se calme. Une lente léthargie engloutit la vie quotidienne : des gens mangent, chantent, jouent, se promènent dans l’espace dessiné ; vies freinées plongeant peu à peu dans l’aphonie du monde ordinaire, corps se balançant à l’orée du sommeil.
Puis, les hommes, un jour, se réveillent et traversent l’extérieur. Armés de gestes sages et de précieuses postures, ils assistent, souriant, à la gêne d’un monde catastrophé. L’événement a déjà eu lieu. Les derniers hommes se tiennent droits comme des arbres, éternels survivants, uniques témoins de la catastrophe de l’absence du monde dans le monde. De cette absence, constante et immuable, ces derniers hommes sauvent les images. »
Nikki Giannari – Ecrivaine grecque, voix off du film.

“Les derniers hommes” a été tourné de 2009 à 2010, à l’hôpital psychiatrique d’Evreux (CHS de Navarre), à l’aube de sa démolition. Les premiers pas du film ont été initié dans le cadre du projet “Plan K” mené par la Cie Méga Pobec. La réalisation du film a bénéficié de la complicité et de la confiance des patients et du personnel de l’hôpital.
LES DERNIERS HOMMES, Quentin Brière-Bordier (excerpt)
Catégorie : Films annonces


- COMO CRECE LA SOMBRA CUANDO EL SOL DECLINA (TEASER) par Camilo Restrepo

16mm, color and b&w, sound, France - Colombia, 2014, 11'

Medellin. Circulation infatigable des voitures. En marge d’une société lancée à pleine vitesse, certains guettent l’arrêt des moteurs pour gagner leur vie : jongleurs de carrefours, employés de casse, dont le travail précis et répétitif marque l’écoulement d’un temps toujours recommencé.
COMO CRECE LA SOMBRA CUANDO EL SOL DECLINA, Camilo Restrepo (TEASER)
Catégorie : Films annonces


- A FILM (extrait) par Franziska Kabisch



found footage, 2012, Allemagne, 3'30

A quoi ressemble une maison ? Comment dépeint-on une ville ? Ou un pays ? Quelle est l’image de la France ? Et que suis-je ? Un être humain ? Une femme ? Une sœur ? Une étudiante ? Une artiste ? Un suspect ? "A FILM" est un film sur les noms, les termes et les problèmes qu’ils apportent.


- filmkunstfest Mecklenburg-Vorpommern, Schwerin, April 30 - May 5, 2013
- 20 min|max Kurzfilmfestival Ingolstadt, May 11 - 17, 2013
- backup Kurfilmfestival Weimar, May 22 - 26, 2013
- Int. Short Film Festival Hamburg, June 4 - 10, 2013
- OFF Odense Internationale Film Festival, August 26 - 31, 2013

A FILM, Franziska KABISCH (extrait)
Catégorie : Films annonces


- VALSE DE LA SYNTAXE CINÉTIQUE (extrait) par Kunihiko Nakagawa



16mm, 1980, Japon, 55'

C’est d’abord une voix : regardez-moi dans les yeux. Elle s’adresse à une fille douce, sage, gentille, donc japonaise. Elle lui parle du rôle, du personnage, de l’amour qu’elle va étudier dans son interprétation ; interprétation dont les caractéristiques les plus importantes sont la distance et la passivité. C’est lui, l’Homme-Jasmin que Unica Zürn, poète surréaliste, a une fois nommé dans son livre où elle raconte l’histoire de sa maladie mentale : schizophrénie. Plus l’actrice devient schizophrène, plus progresse la diégèse du film qu’elle interprète, et plus progresse celle-ci, plus celle-là devient schizophrène. Tout va bien. De ce fait le langage cinématographique est déchiré dans la mesure où la diégèse du film progresse. En restant au milieu du film, la fille sage a réussi à se sauver de son destin : de la mort ou de la fixité idéologique, peut-être.

VALSE DE LA SYNTAXE CINÉTIQUE (extrait)
Catégorie : Films annonces


- GRADIVA ESQUISSE (extrait) par Raymonde Carasco

À partir du thème de la nouvelle de W. Jensen, Gradiva, Raymonde Carasco parvient à transformer des images presque réalistes en un ballet abstrait du pas de Gradiva qui ne cesse de se poser au ralenti sur un bas-relief.
GRADIVA ESQUISSE (extract), Raymonde Carasco
Catégorie : Films annonces


- Between Images III (Laura and the Black Crystal Suns) par Helene Garberg

Un enregistrement vidéo d'une galerie de cavernes en négatif; un environnement blanc et lumineux où les sources de lumières deviennent des concentrations d'obscurité. La narration apparait par sous titres. Cette vidéo est une exploration de l'image comme objet vis-à-vis de l'image comme espace imaginaire et virtuel.
Catégorie : Films annonces


[Avant-première]

le 06/12/2010 à 19h30

Lieu : Les Laboratoires d'Aubervilliers

Dans le cadre du projet Illegal_cinema, le Festival des Cinémas Différents et Expérimentaux de Paris propose une carte blanche partagée aux structures parisiennes Cinédoc, l'Etna, L'Abominable et Light Cone pour initier l'état des lieux prévu le dimanche 12 décembre à Mains d'Œuvres.
www.leslaboratoires.org

Programmation proposée par CINEDOC - Paris Film Coop :

CATATOPTRIC LIGHT, Maki Satake, Japon, 2007, 4'
"J'ai réalisé ce film à l'aide de plusieurs photographies que mon grand-père a prises et qu'il nous a confiées. Il était sûrement là, de l'autre côté du miroir. J'ai essayé de trouver son emplacement et d’en recréer le souvenir. " Maki Satake

TOUT CE QUI EST ROUGE, TOUT CE QUI EST VERT, TOUT CE QUI EST JAUNE, Jean-Luc Reynier, France, 1996/2009, 9'

"Le film est tourné dans les rues de Paris, il montre dans un premier temps uniquement des objets rouges puis uniquement des objets verts puis uniquement des objets jaunes." Jean-Luc Reynier

KAN YU, Ruth Anderwald + Leonhard Grond, Autriche, 2009, 4'
“Des horizons de tous horizons à perte de vue s’ébranlent.” Claudine Eizykman

Programmation proposée par l'ETNA :

JE ME SUIS LEVE POUR FAIRE UN FILM, Boris Du Boullay, France, 2010, 5'30
"Ce matin, je me suis levé pour faire un film, tu vois, il faisait beau, j'ai ouvert la fenêtre et j'y croyais". Commande du festival de l'Arpenteur sur le thème "légers insensés".

ELEZ, Mikael Rabetrand, France, 2002, 2'
Le film est basé sur l'intervention plastique sur du film 16mm : grattage, javellisation, encres et vernis. C'est le premier film d'une série intitulée "Lignes verticales luminescentes". Une recherche plastique sur la lumière transcendentale, la lumière descendant dans la matière.
"Elez" : la lumière enfermée.

PRELUDE 07, Maria Kourkouta, France, 2008/2010, 1'
Prélude 07 est le septième d'une série de dix films d'animation, inspirés par le métro aérien de New York City et faits à partir de photos prises là.

THEY HAVE A NAME, BY THE CHAP, Guillaume Mazloum, 2009, 3'
Film réalisé dans le cadre du festival Filmer la musique #3, au Point Éphémère, à Paris. Filmé avec une pellicule kodak tri x et développé à la main par le cinéaste lui-même.

VIVRE VITE, Yves-Marie Mahé, France, 2008, 1'40
Variations ferroviaires autour de plans extrait d'un film de Carlos Saura.
 Merci à Nuclear Device.

ENTRE-DEUX, Damien Serban, France, 2005, 2'
Entre deux mouvements, humain et informatique.
Entre deux matières, organique et virtuelle.
Un film réalisé entre deux films.

SOUDAIN, Van Ta Minh, France, 2007, 1'22
Soudain, deux yeux s’ouvrent dans le noir. Puis se transforment en poissons. Puis en sirène. Puis en toutes sortes de monstres...

TCHAO MAMBO, Delphine Lest, France, 2003, 3'
Disparition progressive d'une danseuse sous les divers assauts faits à la pellicule - et sur sa destinée, dans la matière...

DELLAMORTE DELLAMORE DELLAMORTE DELLAMORE, David Matarasso, France, 2000, 2'
Une bande-annonce 35mm du film d'horreur de Michele Soavi, "Dellamorte Dellamore" (1994), sauvée de la destruction par Sébastien Clerget et Christophe Pasquet, retravaillée selon divers procédés (encres, pellicule découpée et réincrustée, mosaïques d'images et de pellicule colorée), puis refilmée en 16mm à l'aide de l'hypertruca construite par Hugo Verlinde. Bref hommage au Fantastique et à ses motifs, le crâne, la lune, le cimetière, les yeux, etc...

EAUX D'ARTIFICE, Arnaud Gerber, France, 2010, 3'
Une fontaine artificielle aujourd'hui disparue.
Le temps de pose métamorphose l'eau jaillissante.
Qui devient feu.

SOUVENIRS, Denis Cointe, France, 2009, 4'
Qu'est-ce que l'absence ?

Programmation proposée par L'ABOMINABLE:

K (IL ETAIT UNE FOIS...), Frédérique Devaux, France, 2001/2003.

3'
K, pour Kabylie, est une chronique en plusieurs parties. Chronique d'une enfance morcelée entre dux pays, mémoire déchiquetée par la séparation et l'abandon. Chronique également du retour, d'une contrée brisée par le pouvoir central les manifestations de la région de Tizi Ouzou en particulier ont fait des dizaines de morts), solitude des femmes et des enfants qui luttent chaque jour pour leur survie. C'est ma trajectoire familiale mais c'est surtout celle d'un pays au "pouvoir assassin" comme le chantent tous les enfants et les adultes kabyles.

MONICA, Enrico Mandirola, Italie, 2006, 13min.

« C'est une matière enroulée en spirale qui perce le temps. Images, support d'un voyage vécu en solitaire, inquiétude glissant sur l'écran, elles écrivent leur propre mémoire. Un document qui parle d'un lieu, d'un souvenir, d'un sentiment. L'espace est capturé au moment où il est en train de disparaître pour devenir image. Les signes, les regards, les actions, se décomposent pour glisser sur l'écran. Le territoire devient un prétexte pour parler de soi-même, pour raconter l'histoire de notre vie. Le temps, les images, les sons, le rythme deviennent une abstraite et documentaire conception du mouvement et du regard. MONICA est un film de voyage, le poème d'un impossible récit, aux images frustes, émouvantes de fragilité comme la pauvreté du monde... Arte povera d'une image brute et délicate, poésie de la moindre des choses... Le monde est pauvre et le cinéaste aussi, et c'est la beauté de ce film, ce regard partisan, solidaire, où vibre l'écho du même dans le langage de l'artiste... Un film de passage, vision d'un monde qui s'enfuit, s'échappe, entre désir de mémoire et oubli en chemin, entre les langues abruptement écorchées, italien, français. Entre partir et revenir, sombre une mémoire passante que le retour efface... » M. Rousset.

OLAM OTSIM, Dražen Zanchi, Croatie, 2000-2005, 6min.

Le film montre ce que Sibe Silich, un habitant de Stari Grad, pense dans sa tête. Stari Grad est la ville Grecque antique de Pharos, sur l'île de Hvar en Croatie. Stari Grad est en effet Malo misto (petit village), la série télévisée culte en Croatie, à l'époque de la Yougoslavie des années 60: une glorification pathétique des petites gens. Olam otsim est Malo misto transposé dans un nouvel espace.

Programmation proposée par LIGHT CONE :

ENERGIE !, Thorsten Fleisch, Allemagne, 2007, 5min.

L'écran vidéo, l'écran télé, s'anime sous l'impulsion contrôlée d'un flux d'électrons parcourant le tube cathodique. Pour ENERGIE!, une décharge incontrôlée de 30000 volts expose du papier photographique, créant de nouveaux systèmes visuels complètement dépendants de l'organisation, de l'emplacement des électrons.

H(I)J, Guillaume Cailleau, France, 2009, 6min.

H(i)J est un film développé à la main extrêmement riche en contrastes. Plus qu’un film en noir et blanc standard, le noir et blanc semble ici vivre sa propre vie, à la conquête de l’image du film à tour de rôle. Une visualisation du silence solitaire, une figure à la mer, le changement et la conception.

SPHINX ON THE SEINE, Paul Clipson, Etats-Unis, 2009, 9min.

SPHINX ON THE SEINE est un poème cinématographique: le début d'un voyage métaphysique, une rêverie composée de séries d'images du monde entier, brèves et énigmatiques. Ces images se succèdent les unes après les autres bien que séparées géographiquement par des milliers de kilomètres et des sauts temporels.
Les notions temporelles, spatiales et mémorielles entrent en collision dans un tissage visuel abstrait de paysages, de textures, de surimpressions et de formes graphiques convoquant les premiers instants du rêve.

Thématique(s) : Laboratoires d'Aubervilliers


Infos sur le site des labos