english version
AccueilDiffusionsétoilements

Motif

Comment mieux parler du cinéma qu'en en faisant une occasion d'étoilement, cet événement singulier, étrange et déroutant où nous voici couverts d'étoiles et fêlés ensemble, brisés par les astres cinématographiques qui nous viennent et par eux émus au point d'avoir à l'écrire ?
Quel exigence impossible que d'avoir à viser à notre tour les lieux les plus inaccessibles, pour dire ce que le cinéma, par le truchement de telle œuvre, à ouvert au plus intime de nous mêmes ? Et si justement le cinéma avait pour vocation de tracer, pour nos yeux, pour notre bouche, un chemin vers l'inaccessible ?

étoilements est une revue où poésie et cinéma se croisent,
se toisent, s'appellent et se répondent. Plusieurs plumes et sensibilités
se prêtent diversement à cette petite tâche en forme d'étoile. La parution
est trimestrielle.

Numéros

n°11 / juin 2010 : nullité
n°10 / mars 2010 : la joie
n°9 / décembre 2009 : peaux
n°8 / septembre 2009 : la voix + hors série
n°7 / juin 2009 : la fracture
n°6 / mars 2009 : l'insistance
n°5 / décembre 2008 : le retard + hors série
n°4 / septembre 2008 : la promenade
n°3 / juin 2008 : l'adresse
n°2 / mars 2008 : le devenir
n°1 / décembre 2007 : bords, bordures
n°0 / septembre 2007 : libre

Participer / s'abonner

La revue est ouverte, prennez comtact avec nous : Participer

La revue est noire de contributions

dont, au hasard, parmi 99 interventions :

Sans terre, sans voix par Sothean Nhieim / Dehors par Violeta Salvatierra / Questions surgies de l'adresse par Rodolphe Olcèse / Topographie du temps qui passe par Fabrice Lauterjung / Anamorphosis of a voice par Graeme Thomson / La fenêtre du coopérateur. De la méditation naît le sublime (ou quelques "couplets" sur le film Still d'Ernie Gerh) par Raphaël Bassan / Landes. Notes sur des films au bord par Orlan Roy / Persistance rétinienne d'une image manquante : l'éloge des leurres (ou : le cinéma est une diatribe contre la réalité) par Gabriela Trujillo / Les rubans photographiques de Christian Lebrat par Daphné Le Sergent / Extrait de Carnet de route par Orlan Roy / Natures mortes et portraits : cartographie en creux d'une quête affective par Raphaël Bassan / Ce gamin, là par Violeta Salvatierra / Una playa o una mano abierta par / Violeta Salvatierra / French graffitis, une fulgurance rimbaldienne : Etienne O'Leary par Raphaël Bassan / "L'image, instable, s'établit". A propos de Avant que ne se fixe de Fabrice Lauterjung par Violeta Salvatierra / A propos de quelques sorties DVD chez RE-VOIR par Cédric Lépine / Lingualité par Hypolitte Oreille / Les lignes du fleuve, Abstraction = langage et Un fil d'or par Hugo Verlinde / Petite les intentions sont icelles par Rodolphe Olcèse / Joseph Morder : le double journal des aficionados par Raphaël Bassan / Le bout d'un sentier... ou ma nullité à moi par Roman Dominguez / I Love You par Jacques Perconte / Les heures immobiles par Graeme Thomson / Silvia Maglioni / L'ontologie de ce que je me répète par Raphaël Soatto / Nul le part out par Elizabeth Pacheco Medeiros /

[ETOILEMENTS - AUTEURS]

Gloria Morano

Gloria Morano est doctorante à l’Université de Paris I Pantheon – Sorbonne, sa recherche porte sur la représentation du corps féminin dans le cinéma d’avant-garde contemporain. Elle s’est longtemps intéressée à l’œuvre du cinéaste américain Stephen Dwoskin et a dirigé la publication en DVD de son long-métrage Dyn Amo auprès des éditions vidéo Re:Voir. Elle collabore avec plusieurs festivals italiens de cinéma et réalise des traductions et de sous-titrages.

Textes publiés :

- Hymen, de Carole Arcega (supplément au n°5 d'étoilements / 10e anniversaire du festival des cinémas différents de Paris).

52 auteurs