english version
AccueilDiffusionsétoilements

Motif

Comment mieux parler du cinéma qu'en en faisant une occasion d'étoilement, cet événement singulier, étrange et déroutant où nous voici couverts d'étoiles et fêlés ensemble, brisés par les astres cinématographiques qui nous viennent et par eux émus au point d'avoir à l'écrire ?
Quel exigence impossible que d'avoir à viser à notre tour les lieux les plus inaccessibles, pour dire ce que le cinéma, par le truchement de telle œuvre, à ouvert au plus intime de nous mêmes ? Et si justement le cinéma avait pour vocation de tracer, pour nos yeux, pour notre bouche, un chemin vers l'inaccessible ?

étoilements est une revue où poésie et cinéma se croisent,
se toisent, s'appellent et se répondent. Plusieurs plumes et sensibilités
se prêtent diversement à cette petite tâche en forme d'étoile. La parution
est trimestrielle.

Numéros

n°11 / juin 2010 : nullité
n°10 / mars 2010 : la joie
n°9 / décembre 2009 : peaux
n°8 / septembre 2009 : la voix + hors série
n°7 / juin 2009 : la fracture
n°6 / mars 2009 : l'insistance
n°5 / décembre 2008 : le retard + hors série
n°4 / septembre 2008 : la promenade
n°3 / juin 2008 : l'adresse
n°2 / mars 2008 : le devenir
n°1 / décembre 2007 : bords, bordures
n°0 / septembre 2007 : libre

Participer / s'abonner

La revue est ouverte, prennez comtact avec nous : Participer

La revue est noire de contributions

dont, au hasard, parmi 99 interventions :

Una playa o una mano abierta par / Violeta Salvatierra / Du found footage, de la mémoire, du film... De la peau de mon film par Viviane Vagh / L'interstice de la joie au cinéma par Raphaël Soatto / Natures mortes et portraits : cartographie en creux d'une quête affective par Raphaël Bassan / Les lignes du fleuve, Abstraction = langage et Un fil d'or par Hugo Verlinde / La fenêtre du coopérateur. De la méditation naît le sublime (ou quelques "couplets" sur le film Still d'Ernie Gerh) par Raphaël Bassan / Le voile de Mabuse (première partie) par Fabrice Lauterjung / Persistance rétinienne d'une image manquante : l'éloge des leurres (ou : le cinéma est une diatribe contre la réalité) par Gabriela Trujillo / Joseph Morder : le double journal des aficionados par Raphaël Bassan / La matarmorphose joyeuse par Marc Mercier / Forest of bliss de Robert Gardner par Violeta Salvatierra / Texte pour étoilements / deux, inachevé par Catherine Bareau / Notes sur Ours blancs par Carole Contant / Dehors par Violeta Salvatierra / Un moment sur l'aide du vent : Raymonde Carasco rediviva par Gabriela Trujillo / Zorn Lemma, matrice des langages et défis à la mémoire par Raphaël Bassan / Notes sur un film en devenir par Philippe Cote / La limite visible de l'autre, Joana Hadjithomas et Khalil Joreige par Daphné Le Sergent / Texte dit vague par Damien Marguet / Le sensible de surfaces par Raphaël Soatto / A propos de quelques sorties DVD chez RE-VOIR par Cédric Lépine / Lʼabstraction, dʼun siècle lʼautre (Entretien avec Raphaël Bassan) par Rodolphe Olcèse / Topographie du temps qui passe par Fabrice Lauterjung / Joyeusement tragique par Didier Kiner / Délégué Zéro par Marc Mercier /

[ETOILEMENTS - AUTEURS]

Laurent Mathieu

Cinéaste distribué par le Collectif Jeune Cinéma (films au catalogue).



Textes publiés :

- La fondation du Festival des cinémas différents de Paris (supplément au n°5 d'étoilements / 10e anniversaire du festival des cinémas différents de Paris).

52 auteurs