english version
AccueilDiffusionsétoilements

Motif

Comment mieux parler du cinéma qu'en en faisant une occasion d'étoilement, cet événement singulier, étrange et déroutant où nous voici couverts d'étoiles et fêlés ensemble, brisés par les astres cinématographiques qui nous viennent et par eux émus au point d'avoir à l'écrire ?
Quel exigence impossible que d'avoir à viser à notre tour les lieux les plus inaccessibles, pour dire ce que le cinéma, par le truchement de telle œuvre, à ouvert au plus intime de nous mêmes ? Et si justement le cinéma avait pour vocation de tracer, pour nos yeux, pour notre bouche, un chemin vers l'inaccessible ?

étoilements est une revue où poésie et cinéma se croisent,
se toisent, s'appellent et se répondent. Plusieurs plumes et sensibilités
se prêtent diversement à cette petite tâche en forme d'étoile. La parution
est trimestrielle.

Numéros

n°11 / juin 2010 : nullité
n°10 / mars 2010 : la joie
n°9 / décembre 2009 : peaux
n°8 / septembre 2009 : la voix + hors série
n°7 / juin 2009 : la fracture
n°6 / mars 2009 : l'insistance
n°5 / décembre 2008 : le retard + hors série
n°4 / septembre 2008 : la promenade
n°3 / juin 2008 : l'adresse
n°2 / mars 2008 : le devenir
n°1 / décembre 2007 : bords, bordures
n°0 / septembre 2007 : libre

Participer / s'abonner

La revue est ouverte, prennez comtact avec nous : Participer

La revue est noire de contributions

dont, au hasard, parmi 99 interventions :

JVDK – Lucebert, temps et adieu par Rodolphe Olcèse / L'avant du temps par Raphaël Soatto / Andalousie par Violeta Salvatierra / I Love You par Jacques Perconte / Petites peaux entrevues par Rodolphe Olcèse / «en débouchant à lʼair libre dans la clarté de la rue». Les images de Miroslav Tichý par Rodolphe Olcèse / Joyeusement tragique par Didier Kiner / Les (més)aventures d'Ellie par Dominik Lange / Paysages par Smaranda Olcèse-Trifan / French graffitis, une fulgurance rimbaldienne : Etienne O'Leary par Raphaël Bassan / En marge du cinéma : l'édition DVD par Cédric Lépine / Visa de censure, de Pierre Clémenti. Le cinéma comme mise en scène libératrice de soi-même par Gabrielle Reiner / Voix en miroir et en abyme par Raphaël Bassan / Anamorphosis of a voice par Graeme Thomson / La limite visible de l'autre, Joana Hadjithomas et Khalil Joreige par Daphné Le Sergent / Du voyage raté : Uyuni (Andrés Denegri, Argentine 2005) par Gabriela Trujillo / L'interstice de la joie au cinéma par Raphaël Soatto / Jdm, Entrees de secours par Rodolphe Olcèse / Lʼabstraction, dʼun siècle lʼautre (Entretien avec Raphaël Bassan) par Rodolphe Olcèse / Fragments retrouvés II. Les vagabonds des étoiles de Blaise Othnin-Girard par Rodolphe Olcèse / De l'attente, de l'oubli et de l'abjuration : le film de Monelle par Gabriela Trujillo / Paradoxes de la surface une et unique : le désarroi, le sublime par Paul-Emmanuel Odin / Philippe Duciel / Eloge à l'utilisation d'une unique caméra par Fabrice Lauterjung / Persistance rétinienne d'une image manquante : l'éloge des leurres (ou : le cinéma est une diatribe contre la réalité) par Gabriela Trujillo / "L'image, instable, s'établit". A propos de Avant que ne se fixe de Fabrice Lauterjung par Violeta Salvatierra /

[ETOILEMENTS - AUTEURS]

Hugo Verlinde

Cinéaste distribué par le Collectif Jeune Cinéma (films au catalogue).

Cinéaste et artiste des nouveaux médias, Hugo Verlinde développe une pratique plasticienne à partir de modèles mathématiques. Ses oeuvres se déploient sous la forme de films et d’installations. Son travail est une méditation sur l’espace.

A l’aide de lignes courbes, l’artiste revisite les figures du ciel : système solaire naissant, constellations imaginaires ou formes primitives de l’espace… Les oeuvres se répondent en écho, vibrent sur un même rythme et semblent habitées de l’intérieur. L’ensemble créée un univers cosmique et métaphysique propice à l’exploration.

« Mes images sont porteuses d’espace : un espace courbe et sensuel, géométrique et charnel, un espace frémissant de vie. Mon ambition est d’incarner notre rapport à l’espace avec les ressources spécifiques qu’apporte le numérique. Je veux relier le corps à l’espace et rendre l’infini intime. »

Hugo Verlinde a vu ses installations programmées en Europe, en Asie et en Amérique du Nord. Une reconnaissance artistique portée par l’action de la Cinémathèque française et par l’essor des manifestations consacrées à l’art numérique, parmi lesquelles l’Exposition universelle de Shanghaï, Up Link à Tokyo, Ars Nova à Séoul et la Tate Modern à Londres.


Textes publiés :

- Les lignes du fleuve, Abstraction = langage et Un fil d'or (étoilements n°1 / décembre 2007).

52 auteurs