english version
AccueilDiffusionsétoilements

Motif

Comment mieux parler du cinéma qu'en en faisant une occasion d'étoilement, cet événement singulier, étrange et déroutant où nous voici couverts d'étoiles et fêlés ensemble, brisés par les astres cinématographiques qui nous viennent et par eux émus au point d'avoir à l'écrire ?
Quel exigence impossible que d'avoir à viser à notre tour les lieux les plus inaccessibles, pour dire ce que le cinéma, par le truchement de telle œuvre, à ouvert au plus intime de nous mêmes ? Et si justement le cinéma avait pour vocation de tracer, pour nos yeux, pour notre bouche, un chemin vers l'inaccessible ?

étoilements est une revue où poésie et cinéma se croisent,
se toisent, s'appellent et se répondent. Plusieurs plumes et sensibilités
se prêtent diversement à cette petite tâche en forme d'étoile. La parution
est trimestrielle.

Numéros

n°11 / juin 2010 : nullité
n°10 / mars 2010 : la joie
n°9 / décembre 2009 : peaux
n°8 / septembre 2009 : la voix + hors série
n°7 / juin 2009 : la fracture
n°6 / mars 2009 : l'insistance
n°5 / décembre 2008 : le retard + hors série
n°4 / septembre 2008 : la promenade
n°3 / juin 2008 : l'adresse
n°2 / mars 2008 : le devenir
n°1 / décembre 2007 : bords, bordures
n°0 / septembre 2007 : libre

Participer / s'abonner

La revue est ouverte, prennez comtact avec nous : Participer

La revue est noire de contributions

dont, au hasard, parmi 99 interventions :

Petite les intentions sont icelles par Rodolphe Olcèse / La matarmorphose joyeuse par Marc Mercier / L'amour, de leur côté par Kantuta Quirós / Persistance rétinienne d'une image manquante : l'éloge des leurres (ou : le cinéma est une diatribe contre la réalité) par Gabriela Trujillo / Les lignes du fleuve, Abstraction = langage et Un fil d'or par Hugo Verlinde / Lacune par Natacha Musléra / Nul le part out par Elizabeth Pacheco Medeiros / Notes sur un film en devenir par Philippe Cote / macrozoom sur l'Empire par Dario Marchiori / éfrit par Nathalie EstBrochier / Abécédaire de la nullité par Silvia Maglioni / Graeme Thomson / Paradoxes de la surface une et unique : le désarroi, le sublime par Paul-Emmanuel Odin / Philippe Duciel / Histoire du nouveau monde par Bartlomiej Woznica / Natyelli Mora / L'étranger. Sur trois films de Dominik Lange par Damien Marguet / Questions surgies de l'adresse par Rodolphe Olcèse / Le plateau, bordure, bord cadre par Marc Barbé / Briser l'histoire par Raphaël Soatto / «en débouchant à lʼair libre dans la clarté de la rue». Les images de Miroslav Tichý par Rodolphe Olcèse / Ebolusyon ng Isang Pamilyang Pilipino de Lav Diaz par Silvia Maglioni / Too late blues par Graeme Thomson / Silvia Maglioni / Born Blind par Hypolitte Oreille / Du found footage, de la mémoire, du film... De la peau de mon film par Viviane Vagh / French graffitis, une fulgurance rimbaldienne : Etienne O'Leary par Raphaël Bassan / Le bout d'un sentier... ou ma nullité à moi par Roman Dominguez / Sans terre, sans voix par Sothean Nhieim /

[ETOILEMENTS - AUTEURS]

Philippe Cote

Cinéaste distribué par le Collectif Jeune Cinéma (films au catalogue).

Philippe Cote vit et travaille sur Paris. Il a réalisé près de quartoze films depuis 1998, montrés dans des festivals et différents lieux à Paris, en province et à l’étranger. Il a également proposé des séances de cinéma expérimental à travers la programmation de classiques et d’œuvres contemporaines. Il est l’un des membres fondateurs de la coopérative L’ETNA, un laboratoire artisanal fondé en 1997. Ce cinéaste, à la démarche sensible et radicale, travaille essentiellement le motif du corps, la matière, la lumière et la couleur selon des techniques qui vont du film sans caméra, au re-filmage artisanal, en passant par la peinture sur pellicule. Son cinéma s’oriente depuis peu vers une approche poétique du documentaire.

Pour Philippe Cote, cinéaste français actif depuis 1999, le cinéma se révèle comme espace d’invention de soi et de l’autre, exploration plastique des limites de la subjectivité et tentative de fonder des liens. Dans une volonté de prise de risque permanente, son œuvre se tisse et se reconfigure d’un film à l’autre, cherchant ce qui se manifeste dans la mise en mouvement du regard, sans cesse transformé par ce qui l’imprime. ( Violeta Salvatierra )



Textes publiés :

- Notes sur un film en devenir (étoilements n°2 / mars 2008).

52 auteurs