english version
AccueilDiffusionsétoilements

Motif

Comment mieux parler du cinéma qu'en en faisant une occasion d'étoilement, cet événement singulier, étrange et déroutant où nous voici couverts d'étoiles et fêlés ensemble, brisés par les astres cinématographiques qui nous viennent et par eux émus au point d'avoir à l'écrire ?
Quel exigence impossible que d'avoir à viser à notre tour les lieux les plus inaccessibles, pour dire ce que le cinéma, par le truchement de telle œuvre, à ouvert au plus intime de nous mêmes ? Et si justement le cinéma avait pour vocation de tracer, pour nos yeux, pour notre bouche, un chemin vers l'inaccessible ?

étoilements est une revue où poésie et cinéma se croisent,
se toisent, s'appellent et se répondent. Plusieurs plumes et sensibilités
se prêtent diversement à cette petite tâche en forme d'étoile. La parution
est trimestrielle.

Numéros

n°11 / juin 2010 : nullité
n°10 / mars 2010 : la joie
n°9 / décembre 2009 : peaux
n°8 / septembre 2009 : la voix + hors série
n°7 / juin 2009 : la fracture
n°6 / mars 2009 : l'insistance
n°5 / décembre 2008 : le retard + hors série
n°4 / septembre 2008 : la promenade
n°3 / juin 2008 : l'adresse
n°2 / mars 2008 : le devenir
n°1 / décembre 2007 : bords, bordures
n°0 / septembre 2007 : libre

Participer / s'abonner

La revue est ouverte, prennez comtact avec nous : Participer

La revue est noire de contributions

dont, au hasard, parmi 99 interventions :

Zorn Lemma, matrice des langages et défis à la mémoire par Raphaël Bassan / Lingualité par Hypolitte Oreille / Histoire du nouveau monde par Bartlomiej Woznica / Natyelli Mora / Les rubans photographiques de Christian Lebrat par Daphné Le Sergent / Lʼabstraction, dʼun siècle lʼautre (Entretien avec Raphaël Bassan) par Rodolphe Olcèse / Zone Opaque par La zone opaque / Variations d'un infini turbulent (sur Limite de Mario Peixoto, Brésil 1930) par Gabriela Trujillo / JVDK – Lucebert, temps et adieu par Rodolphe Olcèse / Parc Monceau par Rodolphe Olcèse / Extrait de Carnet de route par Orlan Roy / I Love You par Jacques Perconte / Voix en miroir et en abyme par Raphaël Bassan / Deux voix qui mentent et deux voix qui bégayent par Silvia Maglioni / Le bout d'un sentier... ou ma nullité à moi par Roman Dominguez / Du found footage, de la mémoire, du film... De la peau de mon film par Viviane Vagh / Lacune par Natacha Musléra / Texte dit vague par Damien Marguet / Natures mortes et portraits : cartographie en creux d'une quête affective par Raphaël Bassan / Les (més)aventures d'Ellie par Dominik Lange / Jdm, Entrees de secours par Rodolphe Olcèse / Persistance rétinienne d'une image manquante : l'éloge des leurres (ou : le cinéma est une diatribe contre la réalité) par Gabriela Trujillo / Lieu Commun par Damien Marguet / Step across the border de Nicolas Humbert et Werbner Penzel : le noir et blanc comme écho plastique à la musique de Fred Frith par Gabrielle Reiner / Questions surgies de l'adresse par Rodolphe Olcèse / Petite les intentions sont icelles par Rodolphe Olcèse /

[ETOILEMENTS - AUTEURS]

Catherine Bareau

Cinéaste distribué par le Collectif Jeune Cinéma (films au catalogue).

Depuis 1988, Catherine Bareau a réalisé une douzaine de films. Installée avec ses projecteurs Super 8 parmi les spectateurs, elle projette elle-même ses films en cinéma élargi. Le son, la projection in vivo, l’espace de la salle et les spectateurs sont les constituants cinématographiques où se révèle la présence. Elle est aussi programmatrice et elle conduit des ateliers d’initiation au cinéma.
BREF le magazine du court métrage, lui a consacré un article dans son n° de juillet 2005.

Textes publiés :

- Texte pour étoilements / deux, inachevé (étoilements n°5 / décembre 2008).

52 auteurs